Non classé

J’écris peu de choses « romantiques »… mais une fois n’est pas coutume et c’est bien de cela qu’il s’agit ici…

 

Lettre 1

Ma belle amie,

Vous ne me connaissez pas et pourtant, nous nous croisons tous les jours. Vous allez à l’école des filles et moi à celle des garçons, de l’autre côté de la rue. Chaque matin, je guette votre apparition quand, entre deux de vos camarades, vous vous avancez de votre pas dansant, portant vos livres dans les mains. Que j’aime vôtre grâce, vos longs cheveux blonds tenus par des rubans et vos beaux yeux à la couleur de l’eau claire… Oserai-je l’avouer ? Je me suis épris de vous, dès l’instant où je vous vis pour la première fois. Je serai là demain, comme tous les autres jours pour vous regarder passer et m’emplir le coeur de votre beauté.

Votre ami secret

Lettre 2

Ma belle amie,

Quel est donc ce freluquet qui a l’audace de se promener à votre bras ? On m’a dit qu’il s’agissait là de votre fiancé… Je me refuse à le croire. Il est indigne de vous, banal, insignifiant. Ne pensez pas que je parle ainsi par jalousie, bien que celle-ci me ronge depuis des jours, mais jamais on ne vit couple plus mal assorti ! Si vous voulez bien accepter un conseil de la part d’une personne qui vous veut du bien, quittez-le sans attendre !

Votre ami secret

Lettre 3

Ma belle amie,

Mon coeur saigne aujourd’hui. J’étais là, parmi vos invités, à vous regarder marcher jusqu’à l’autel, où l’autre vous a passé la bague au doigt. Vous étiez si belle, si lumineuse que je me suis senti comme foudroyé sur place. Ah, comme j’aurais voulu être à sa place et tenir dans ma main, votre petite main que l’émotion faisait trembler ! Si seulement j’avais pu être celui avec lequel vous avez échangé vos serments ! Mais le destin semble en avoir décidé autrement…. Alors permettez-moi de vous souhaiter tout le bonheur du monde.

Votre ami secret

Lettre 4

Ma belle amie,

Comme vous étiez radieuse aujourd’hui, votre premier né posé sur votre bras ! L’autre se tenait près de vous, fier comme un paon… alors qu’entre nous, le mérite de cette naissance vous revient presque entièrement. Avez-vous senti dans les douleurs de l’enfantement, mon esprit qui restait près de vous ? J’ai souffert des heures entières, de concert avec vous. Mon imagination me torturait, je craignais pour votre vie. Vous voir ainsi, en bonne santé et heureuse, me ravit. Toutes mes félicitations pour cette naissance qui semble vous combler de joie !

Votre ami secret

Lettre 5

Ma belle amie,

Voyez comme votre beauté se fane ! Cet homme ne mérite pas la peine que vous vous donnez pour lui ! Pendant que vous vous démenez pour élever ses enfants et tenir sa maison, lui mène la belle vie ! Je l’ai vu de mes propres yeux sortir d’un tripot, complètement gris et en fort mauvaise compagnie. Je vous en prie, pour votre bien et celui de vos enfants, ne restez pas avec lui et sachez qu’au moindre souci, vous pouvez compter sur mon soutien le plus absolu.

Votre ami secret

Lettre 6

Ma belle amie,

Sans doute peinerez-vous à le croire, mais je partage votre chagrin. Certes, je n’avais aucune amitié pour votre époux, mais votre affliction m’est douloureuse. A cause de ce stupide accident, vos fils grandiront sans leur père et sachez que cette idée m’est pénible. Si je puis vous être d’une quelconque aide, laissez-moi un message à l’adresse que je vous indique sur la carte ci-jointe. Au moindre geste de votre part, je viendrai aussitôt !

Votre ami secret

Lettre 7

Ma belle amie,

Votre lettre a enchanté mon coeur d’une manière que vous ne sauriez imaginer ! Vous souhaitez me rencontrer, dîtes-vous et me voici tremblant et fébrile comme un collégien ! Je n’aspire moi aussi qu’à faire votre connaissance. Me trouverez-vous spirituel ? Agréable à regarder ? Je n’ose faire de pronostique à ce sujet et je n’espère qu’une seul chose : que vous éprouverez pour moi un peu de sympathie ou mieux… de l’amitié. Quant à moi, à quoi bon retenir cet aveu ? Vous l’aurez probablement deviné : mon coeur vous est acquis, je vous aime de toute mon âme depuis le commencement.
Rencontrons-nous donc ! Je vous attendrai dans le petit square, derrière chez vous et je porterai un bouquet de lys pour que vous me reconnaissiez.

Votre ami secret qui se meurt d’impatience.

Lettre 8

Bien chère maman,

Vous désespériez de voir votre grand nigaud de fils se marier. Sachez que le ciel a exaucé à la fois mes prières et les vôtres… J’ai demandé la main de la dame de mes pensées et elle ne me l’a point refusée. Nous vous rendrons visite en fin de semaine avec ses enfants. Je suis certain que vous serez conquise.

Votre fils affectionné

2 Réponses à “”

  1. Le 16 mars 2012 à 8 h 51 min etoiledelys a répondu avec... #

    Coucou Sandra, j’adore ce texte plein de charme et de délicatesse et très bien écrit, et l’histoire se termine bien… Bravo à toi…

    Dernière publication sur Rêves éveillés : Elle et moi

  2. Le 16 mars 2012 à 13 h 53 min Lily a répondu avec... #

    Oui moi aussi Sandra, de bien belles lettres avec le vouvoiement comme à la belle époque… un grand plaisir que de te lire..Bisous ma belle et merci!

Ajouter votre réponse

espaschool |
sceptique |
monegoalter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lycroc
| tanguyreve
| RS Gold